Trizac Cantal Auvergne
Trizac Cantal Auvergne
Faune

Avec des paysages de prairies & tourbières sur les planèzes, de forêt sur les flancs des vallées, un sol riche & une végétation variée, on trouvera automatiquement une belle diversité d’animaux. Et ceux d’autant plus que la base de la chaine alimentaire (les invertébrés vivants dans sol et sur les plantes) n’est pas inquiétée par les engrais ou les pesticides.

Donc avec une biodiversité de base importante, les prédateurs primaires et secondaires seront eux aussi au paradis. Le principal facteur limitant pour la faune comme pour la flore reste le climat montagnard aux hivers parfois rudes et souvent longs.

Côté invertébrés, nous nous contenterons de vous présenter quelques insectes très courants et beaux papillons. Ceux que vous ne manquerez pas de voir partout au printemps sont les hannetons et les babarottes. En général nous ne les aimons pas beaucoup, car ils font des ravages sur les jeunes feuilles de nos arbres, mais les hérissons, les taupes ou les blaireaux les adorent, car ils se nourrissent de leurs larves, gros vers blancs enterrés en hiver. Amusez-vous à reconnaître quelques beaux spécimens de scarabées, aux couleurs irisées, bleutées comme les Chrysomèles des centaurées ou vertes comme le Scarabée carabe.

Les sauterelles & autres grillons ne manquent pas en été, pas plus que les abeilles, guêpes & bourdons, si utiles pour polliniser nos fleurs, surtout lorsqu’elles donnent les beaux fruits ou légumes qui régalent nos papilles.

Mais ce sont probablement les papillons fabuleux de nos prairies qui retiendront votre attention, comme les Macaons, les Monarques, les Paons du jour ou les Zygènes.

Passons en revue rapidement quelques vertébrés de base, comme les amphibiens (grenouilles, crapauds ou salamandres) et les reptiles (serpents & lézards). La grenouille la plus observée chez nous est l’adorable Grenouille agile, quant aux reptiles, ils sont fréquents, mais contrairement aux dires locaux, on rencontre plus souvent des Couleuvres à collier, totalement inoffensives, que des Vipères aspic, dont le venin peut provoquer des réactions graves. Il existe plusieurs critères pour les différencier, ne vous fiez pas à leurs couleurs, assez variables, mais regardez la forme de leur tête (museau rond chez les couleuvres, ‘en trompette’ chez l’aspic) et surtout la pupille : ronde chez les couleuvres, verticale chez la Vipère aspic.

 

Le saviez-vous ?
Comment distinguer à coup sûr l’hermine de la martre ou de la fouine ?

L'Hermine

Pour reconnaître l’hermine en hiver, rien de plus facile, c’est la seule des trois à muer pour devenir toute blanche, sauf le bout de sa queue qui reste noire. Et ce, même si la neige n’est pas encore tombée. En été, pas trop compliqué non plus, elle garde toujours son ventre blanc alors que la fouine & la martre ont un ventre brun tout au long de l’année.

 

Voici quelques exemples d’oiseaux qui nichent chez nous, à commencer par les passereaux qui viennent volontiers autour des maisons (surtout si vous remplissez une mangeoire de graines de tournesol en hiver) : une Bergeronnette grise qui apporte des insectes à ses petits, le Chardonneret élégant qui se réchauffe au soleil du matin, la Linotte mélodieuse qui surveille les alentours de son nid.

Un jeune Bruant jaune qui a faim, monsieur Pinson des arbres, et le Verdier à la mangeoire.

Le printemps est annoncé par les hirondelles, dit-on, mais aussi par la Huppe fasciée revenue nicher, un mâle de Pie-grièche écorcheur dans le verger, ou les Rouges-queues noirs qui s’installent dans tous les recoins autour de la maison.

Et après le départ des Martinets noirs qui crient haut dans le ciel tous les soirs d’été, lorsque même les Hirondelles de cheminée ont rejoint leurs quartiers d’hier plus au sud, si vous laissez trainer quelques noix, un Pic épeiche viendra peut-être s’en régaler l’hiver venu.

Savez-vous reconnaître les 3 espèces de mésanges qui restent chez nous l’hiver ?
La Mésange charbonnière est la plus grosse, à ne pas confondre avec la Mésange à tête noire ni avec la ravissante Mésange bleue.

Les passionnés des rapaces seront ravis à Trizac où l’on observe tous les ans de très ombreuses Buses variables, Milans royaux (plus grands avec une queue plus fourchue) Milans noirs (plus petits & plus foncés), les deux premiers passent même l’hiver chez nous. Ces trois-là se nourrissent surtout de campagnols qui pullulent régulièrement dans nos prairies.

Plus difficile à reconnaître, la Bondrée apivore (petite tête & oeil jaune) qui se nourrit essentiellement de guêpes, abeilles ou autres insectes, et le Circaète Jean-le-blanc, qui préfère de loin les serpents. Si vous observez un beau rapace gris pâle au bout des ailes noires, qui vole souvent en rase-motte, ce sera surement le mâle du Busard Saint Martin.

Bien entendu, les faucons se plaisent aussi beaucoup chez nous, notamment le Faucon crécerelle (le spécialiste du vol sur place) et le Faucon pèlerin, capable de vol en piqué à plus de 100 km/h pour attraper un passereau.
Cela n’était qu’un petit aperçu des oiseaux que l’on observe sur la commune de Trizac, il y en a bien d’autres, très fréquents ou plus rares, à vous de les découvrir !

Quant aux mammifères, voici quelques exemples de la faune locale, vous les reconnaîtrez : renards roux très abondants, tout comme les sangliers, cerfs & chevreuils, lièvres au bout d’oreilles noirs (il n’y a pas de lapins chez nous), et n’oubliez pas de lever la tête en passant sous les arbres, vous aurez peut-être un clin d’oeil d’écureuil !

Pour terminer ce bref inventaire des mammifères de Trizac, trois animaux qui seront plus difficiles à observer, le Chamois très farouche ou la Loutre commune, discrète, et le Blaireau européen, plutôt nocturne.

Ha ! J’oubliais ! Les loups visitent régulièrement les Monts du Cantal, qui sait, vous en apercevrez peut-être un ?

Et n’oubliez pas que l’hiver est aussi une période propice pour observer les animaux, du moins indirectement,
leurs traces s’impriment bien dans la neige et pour tous les curieux de la nature, c’est amusant de les déterminer !

Vous avez réussi ?
La première est l’une des plus fréquentes, c’est un chat domestique, la seconde est aussi assez facile, des sabots de chevreuil, la troisième est celle d’un lièvre et la dernière est plus rare, mais très facile à reconnaître : c’est une loutre qui a descendu ma prairie en faisant du toboggan sur le ventre, c’est le seul mammifère de chez nous à glisser ainsi dans la neige !